Lettres aux jeunes filles

22 - «Je suis en parfaite santé!»


écrit

DATE DE PARUTION

02 . 05 . 2024

Thématique

Lettres aux jeunes filles

22 - «Je suis en parfaite santé!»

Auteur

Les Filles de Marie

Je suis en parfaite santé!

Chère Amie,

Ce matin, Mathilde s’est levée en traînant de la patte et a pris son déjeuner avec un air apathique. La journée commence bien: Mathilde est fatiguée! Et d’autant plus qu’une corvée de ménage printanier est organisée… Ses parents la pressent de se mettre rapidement au travail, car ils souhaitent laver toutes les fenêtres de la maison. Il faut bien le faire à l’occasion et toute la famille y participe. C’est normal, n’est-ce pas?

Fenêtre ouverte avec fleursMathilde, en équipe avec son père, apporte son aide, mais elle est d’une lenteur exaspérante. Elle frotte la vitre intérieure du salon et s’arrête; puis, reprend son linge pour l’essuyer et s’arrête encore! Son père, qui s’affaire à celle de l’extérieur, entre dans la maison et, maîtrisant son impatience, dit à sa fille: «Mathilde, secoue-toi un peu! Tu es plus rapide que ça quand vient le temps d’aller au parc avec tes amies.» Mathilde, sans ressort, répond d’une voix traînante: «Je suis fatiguée!» La maman l’observe d’un regard furtif et lui adresse un mot encourageant, car c’est la dernière fenêtre à laver avant le dîner.

Cette bonne maman a bien remarqué malgré le fait que la corvée indispose un peu sa grande fille, qu’elle est réellement plus fatiguée ces dernières semaines. La fin de l’année scolaire apporte son lot de travaux et d’études et le stress des examens se fait sentir, rongeant ses énergies.

De plus, Mathilde s’entraîne pour un défi de course à pied exigeante, compte tenu de sa constitution physique plutôt fragile. Au bout d’un moment, Mathilde demande: «Maman, je peux m’arrêter?» Sa mère l’envoie donc mettre la table et réchauffer le dîner, pendant qu’elle prend le relais pour terminer sa fenêtre.


Dans la vie, la fatigue accompagne souvent l’accomplissement de notre devoir d’état. À certaines périodes plus qu’à d’autres, selon les événements qui se succèdent, notre condition de santé et notre vitalité générale – ou encore l’état d’esprit avec lequel nous agissons – nous incitent à favoriser nos réserves d’énergie par de saines habitudes: une bonne alimentation, riche en valeurs nutritives, une quantité suffisante de sommeil et le plein air. Mais, il peut arriver malgré notre bonne volonté et nos efforts de vie équilibrée, que tout concoure à rendre le repos et la récupération difficiles pour un temps.

fleur-frangipanier

Pensons, en particulier, à nos vaillantes mamans qui, après notre naissance, ont connu de nombreuses nuits écourtées pour nous nourrir, alors que les obligations de la vie quotidienne continuaient. Aujourd’hui encore, tes parents doivent travailler fort pour gagner le pain de la famille et s’occuper des enfants, en portant, peut-être, de gros soucis et, certainement, en se sentant parfois épuisés. Mais l’amour qu’ils ont pour leur famille et les devoirs qui s’imposent les obligent à se dépasser dans le don d’eux-mêmes, soutenus par la grâce du moment présent.

C’est ainsi que la volonté de bien accomplir notre devoir d’état en l’offrant à Dieu, par amour pour Lui et le prochain, nous découvre des ressources intérieures et des forces que nous ne pensions pas avoir. Au contraire, accorder trop d’attention à nos fatigues et à nos malaises passagers, se les répéter sans cesse intérieurement, les intensifient et paralysent notre capacité d’action.

Marie-Paule a aussi connu des fatigues persistantes et de grandes faiblesses avec, en plus, une incapacité à s’alimenter et en ne dormant que deux ou trois heures par nuit.

Elle a raconté à sa fille de quelle façon elle surmontait ses intenses fatigues. «J’étais si faible que, quand j’allais chez l’oncle Germain pour le journal, je croyais traîner un cadavre, et je me disais à répétition, chemin faisant: “Je suis en parfaite santé.” C’est ainsi que je parvenais à faire mes journées. Cela ne guérit pas, mais psychologiquement, cela change les idées et on trouve même que la vie est belle.»  (Livre Blanc V, p. 73)


Fleur-frangipanierNous sommes à la fin de la journée et la mère de Mathilde fait remarquer, avec satisfaction et contentement, que les fenêtres brillent. Elle a ce sentiment de fierté que l’on ressent devant le devoir bien accompli. Son père reconnaît aussi avoir eu une journée fructueuse. Bien plus, il souligne que la fatigue qui se fait sentir, en ce début de soirée, est bonne.

La maman s’adresse alors à Mathilde: «Toi, chérie, je veux que tu te couches tôt. Je sais que c’est samedi, mais tu dois récupérer, car tu as d’autres examens la semaine prochaine. Il faut refaire l’énergie de ton corps et de ton esprit. Et puis, pas d’écran demain pour reposer ton système nerveux. Je t’achèterai des toniques pour finir l’année scolaire.» Ces renoncements aideront Mathilde à retrouver son énergie juvénile. Et lundi matin, elle pourra se lancer vaillamment à la semaine qui l’attend, en prenant avec philosophie la fatigue qui pourrait encore se manifester.

«Je suis en parfaite santé, se dira-t-elle; car même si je suis fatiguée, la vie peut être belle!»

Les Filles de Marie


Sous le même thème

Lettres aux jeunes filles

Lettres aux jeunes filles

02 . 12 . 2023

02 – Réussir sa vie

Lettres aux jeunes filles

Lettres aux jeunes filles

11 . 04 . 2024

19- «Une âme très belle»

Lettres aux jeunes filles

Lettres aux jeunes filles

02 . 05 . 2024

22 – «Je suis en parfaite santé!»

Lettres aux jeunes filles

Lettres aux jeunes filles

16 . 05 . 2024

24 – «J’accepte. Je veux tout ce que Tu veux.»

Lettres aux jeunes filles

Lettres aux jeunes filles

15 . 11 . 2023

01 – Tu es un grain béni !

Lettres aux jeunes filles

Lettres aux jeunes filles

07 . 03 . 2024

14 – «Soyez toujours dignes!»